LES SUJETS

Les écologistes demandent à l'ONU de reconnaître le droit à un environnement sain

Les écologistes demandent à l'ONU de reconnaître le droit à un environnement sain


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Organisations dédiées à la conservation de la nature, nucléée dans le réseau BirdLife International, Ils ont demandé aux Nations Unies d'inclure un nouvel article dans la Déclaration universelle des droits de l'homme.

La demande de BirdLife International s'inscrit dans le cadre de la Journée mondiale de la Terre, qui a célébré son 50e anniversaire hier, le 22 avril. Il demande aux Nations Unies d'inclure un nouvel article dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, sur le droit de vivre dans un environnement naturel sain garanti par des politiques publiques régies par la durabilité, compte tenu des meilleures connaissances scientifiques et de la sagesse traditionnelle.

Déclaration universelle des droits de l'Homme

La Déclaration universelle des droits de l'homme a été rédigée par des représentants de toutes les régions du monde aux origines juridiques et culturelles différentes, et proclamée par l'Assemblée générale des Nations Unies à Paris, le 10 décembre 1948 dans sa Résolution 217 A (III ), comme idéal commun à tous les peuples et nations.

Tous les droits humains fondamentaux qui doivent être protégés dans le monde sont fondés sur lui. Ses 30 articles couvrent des sujets tels que la torture, l'esclavage et l'éducation, mais il ne comprend aucun article sur la conservation de l'environnement, dont dépend la vie, la santé des personnes et leur développement social et économique.

Article 31

L'organisation BirdLife International a demandé par une lettre ouverte l'extension de la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations Unies en ajoutant un nouvel article 31, qui reconnaît le droit à un environnement sain.

Son approbation pourrait être obtenue en décembre 2023 pour commémorer le 75e anniversaire de l'adoption de la Déclaration universelle par l'Assemblée générale. Cette pétition sera incluse dans le Sommet de l'Assemblée générale des Nations Unies sur la diversité biologique en septembre 2020.

En cas de succès, ce serait la première fois qu'un article serait ajouté depuis la proclamation de la Déclaration en 1948.

L'opportunité dans le contexte du COVID-19

Les Nations Unies doivent faire preuve de leadership en reconnaissant un environnement naturel sain comme un droit de l'homme dans le cadre de sa réponse à la crise des coronavirus. Nous savons que l'ajout d'un nouveau droit de l'homme est un acte sacré. Notre planète est également sacrée. Peut-être qu'il n'y a jamais eu de moment plus important pour consacrer un droit de l'homme qui nous oblige à le respecter, pour le bénéfice de tous.

Le COVID-19 est la plus grande crise mondiale depuis la Seconde Guerre mondiale. Mais si la pandémie est dévastatrice, elle offre également aux dirigeants mondiaux la possibilité, voire l’obligation, de transformer la société, de protéger davantage notre bien-être et celui des générations futures.», A déclaré Patricia Zurita, PDG de BirdLife International. "La santé de notre planète est notre santé. Les humains dépendent de la nature pour leur survie, mais nos actions ont bouleversé l'équilibre naturel de la TerreIl expliqua.

Pour sa part, Hernán Casañas, directeur exécutif d'Aves Argentinas, une organisation nationale membre de BirdLife International, a souligné que «c'est un droit fondamental qui est essentiel pour notre planète et pour notre existence même."Et conclut:"Les dirigeants politiques du monde ne peuvent pas continuer à se soustraire à leurs responsabilités sur cette question alors que de plus en plus de voix appellent à un environnement équilibré et sain”.

Nous sommes plongés dans la double crise du climat et de la biodiversité, qui a mis plus d'un million d'espèces en danger d'extinction et qui affecte également la santé humaine. La pandémie actuelle a ses racines dans la perte d'habitat et le commerce illégal d'espèces. Et comme dans le cas des crises climatique et de la biodiversité, COVID -19 souligne une fois de plus la nécessité et la possibilité pour l'humanité de prendre conscience que nous sommes tous connectés et de travailler de manière unie et coordonnée pour donner un Réponse urgenteBird Life a averti.

La lettre, l'organisation a noté, «fIl fait partie d'un effort plus large visant à améliorer la politique sur le climat et la nature à la fin de la Décennie des Nations Unies pour la diversité biologique, et constitue un appel ouvert au reste de la société civile mondiale à la soutenir; l'inclusion du droit à un environnement naturel sain est une tâche que nous devons tous soutenir si nous voulons protéger notre bien-être, notre survie et sauver notre planète”.

Voici la pétition BirdLife et vous pouvez la signer ici


Vidéo: SOMMET MONDIAL SUR LA BIODIVERSITE: Déclaration de la République du Congo lue par A. SOUDAN-NONAULT (Mai 2022).